image point bourse

La pandémie s’éloigne

Si les indices des prix à la production ont sensiblement accéléré en mars, aussi bien en Chine (4,4% vs 1,7 en février) qu’aux États-Unis (4,3% vs 2,8), confirmant le pic d’inflation à venir au cours des T2 et T3, les marchés financiers restent animés par la conviction que la pandémie sera prochainement maîtrisée.

Aussi, cet optimisme l’emporte sur le risque d’inflation pour le moment et la communication des banquiers centraux convainc. Ils continuent d’       appuyer sur le fait qu’ils regarderont au travers d’un pic d’inflation temporaire comme l’a déclaré R.Clarida, membre du FOMC, vendredi ; il a même précisé que la Fed n’agira pour contrer l’inflation que si celle-ci persiste en 2022. Ceci signifie que la banque centrale américaine est prête à regarder au-delà des pressions inflationnistes durant toute cette année.

L’indice Sentix de l’Eurozone pour le mois d’avril progresse fortement, de 8,1pts, atteignant son plus haut niveau depuis août 2018. Il en est de même pour l’indice global. Le jugement sur la situation actuelle est particulièrement positif et les perspectives économiques sont à un plus haut historique.

En Allemagne, la situation économique actuelle progresse pour le 11ème mois d’affilée et dépasse son niveau de janvier 2020. Les perspectives, au plus haut historique le mois dernier, progressent encore de 1,3pt.

Aux États-Unis aussi, le jugement sur la situation actuelle progresse de 21 pts et l’indice marque un plus haut historique, un boom économique. C’est également le cas pour le Japon et l’Asie hors Japon. Toutes les autres zones sont en reprise plus ou moins fortes. L’économie mondiale est donc en plein boom.

Porté par une expansion record de la production manufacturière, la Zone Euro a renoué avec la croissance en mars. Se redressant de 48,8 à 53,2, l’indice PMI composite IHS Markit de l’activité a atteint son plus haut niveau depuis juillet dernier.

Cette 2ème plus importante hausse depuis 2,5 ans a reposé sur une croissance sans précédent de la production manufacturière, la plus forte des 24 années d’enquête.

Dans les services en revanche, le repli de l’activité s’est poursuivi, la baisse enregistrée en mars n’ayant toutefois été que marginale et la plus faible des 7 derniers mois de contraction.

La tendance suivie par l’activité s’est améliorée dans l’ensemble de la région, l’indice PMI s’étant en effet redressé dans tous les pays couverts. La croissance de la Zone Euro a été menée par l’Allemagne, où, portée par une forte expansion manufacturière, l’activité globale a enregistré sa hausse la plus marquée depuis un peu plus de 3 ans.

Classement des pays : Allemagne 57,3 plus haut de 37 mois, Irlande 54,5 plus haut de 8 mois, Italie 51,9 plus haut de 8 mois, Espagne 50,1 plus haut de 8 mois et France 50,0 plus haut de 7 mois.

La croissance de l’activité enregistrée dans la Zone Euro s’est appuyée sur la plus forte expansion du volume des nouvelles affaires depuis 2,5 ans, portée par la hausse des nouvelles commandes chez les fabricants. La demande s’est en outre renforcée sur les marchés intérieurs et étrangers, les ventes à l’export ayant affichées leur plus forte progression mensuelle depuis le début de la collecte des données pour cette variable il y a 6,5 ans.

La hausse du volume des nouvelles affaires ayant entraîné un accroissement de la charge de travail, le volume des affaires en attente a augmenté pour la 1ère fois depuis novembre 2018. Cette tendance s’est en outre répercutée sur le marché de l’emploi, les entreprises ayant en effet renforcé leurs effectifs pour un 2ème mois consécutif. Le taux de création de postes a atteint son plus haut niveau depuis juin 2019, l’emploi ayant par ailleurs progressé dans les services comme dans le manufacturier.

Enfin, les perspectives d’activité à 12 mois se sont améliorées et ont atteint leur niveau le plus haut depuis 37 mois, de nombreuses entreprises comptant sur le succès des campagnes de vaccination pour stimuler la croissance au S2.

En dépit de mesures plus strictes de confinement, le taux de chômage en Zone Euro est resté inchangé en février à 8,3% selon Refinitiv. Légère hausse du chômage en Espagne et en France, léger recul en Allemagne et en Italie.

Aux États-Unis, la réouverture de certains services entraîne un rebond de l’activité encore plus vif qu’en Europe.

L’IHS Markit US Services PMI enregistre 60,4 en mars vs 59,8 en février. C’est son plus haut niveau depuis juillet 2014. La hausse des nouvelles commandes est la plus élevée depuis mars 2015 et la confiance sur les perspectives à 12 mois est la plus élevée depuis 6 ans : en conséquence les créations de postes accélèrent.

L’IHS Markit US composite PMI passe de 59,5 en février à 59,7 en mars, signalant la plus forte activité depuis août 2014.

L’enquête US ISM (Institute for Supply Management/Haver Analytics) services confirme en enregistrant un fort rebond. L’indice progresse de 55,3 en février (déprimé par les conditions climatiques) à 63,7 en mars, son niveau le plus élevé depuis la création de l’index en février 1997. L’activité des services, fortement affectée par les mesures de confinement, rebondit fortement en sortie de crise sanitaire.

De même l’ISM composite  atteint un plus haut historique, passant de 55,9 en février à 63,8 en mars, cohérent avec les publications sur l’emploi, l’immobilier résidentiel et la confiance des ménages.

Parmi les répondants, seuls 7,9% déclarent leur activité en recul, 10,6% que les prises de commandes sont en baisse et 11,1% l’emploi !

Même lecture pour la Chine. Le Caixin China General Services PMI passe de 51,5 en février à 54,3 en mars et les perspectives d’activité à 12 mois sont au plus haut depuis plus de 10 ans, depuis février 2011.

Le Caixin China General Composite PMI progresse aussi de 51,7 en février à 53,1 en mars, signalant une expansion robuste. Pour la composite, la confiance est au plus haut depuis 8 ans.

Les flux sur les equities restent positifs. Michael Hartnett (BofA Securities) relève même que les souscriptions sur les 5 derniers mois (576MM$) excèdent celles des 12 années précédentes (452MM$). Après 2 trimestres d’intérêt croissant, les ETF et mutual funds commencent le T2 avec des souscriptions nettes élevées (15,2MM$) dont les actions américaines, les secteurs financier et information technology sont les principaux bénéficiaires. Les fonds « value » connaissent leur meilleure phase de souscription depuis 2013.

Sur les 4 dernières semaines, les pays européens qui collectent le plus sont actions françaises 1 207MM$, allemandes 799MM$, néerlandaises 778MM$, espagnoles 481MM$ et italiennes 479MM$, mais en termes de souscriptions par rapport aux AUM, le classement est bien différent : la Grèce arrive en tête à 0,8% des AUM, suivie de l’Espagne, l’Irlande et l’Italie à 0,5% des AUM.

Depuis le début de l’année, les prévisions de BPA du Stoxx600 sont révisées à la hausse, 5% pour 2021. La saison de publication du T1 2021 qui débutera la semaine prochaine sera néanmoins l’occasion de vérifier à nouveau la résilience des entreprises à un contexte encore difficile compte tenu du renforcement des restrictions sur le trimestre écoulé.

Le Stoxx600 a atteint un nouveau record historique à 437 la semaine passée, après un  rallye de 55% depuis mars dernier. Nous avons toujours en perspective une hausse complémentaire et il nous semble prématuré de réduire l’exposition aux actions. En effet la campagne de vaccination accélère et la forte reprise américaine bénéficiera aux entreprises européennes ; ceci pourrait porter la croissance du T3 à 8% en rythme annuel selon Sebastian Raedler (BofA). Dès lors, les analystes poursuivraient leurs révisions à la hausse des BPA qui pourraient se rapprocher fin 2021 de leur niveau de 2019 et ceci permettrait d’envisager une hausse complémentaire des marchés pour peu que la BCE réussisse, comme elle l’a fait jusqu’à présent, à juguler le niveau des taux d’intérêt. En conséquence, maintien de notre stratégie en faveur des entreprises cycliques par rapport aux entreprises de croissance et/ou défensives.

Semaine correcte plus pour nos fonds, très proches ou au-dessus de leurs indices de référence. Et comme les opérations de rotation sectorielle ont été faites le mois précédent, aucun mouvement à signaler sur nos 3 fonds.

Jean-François GILLES
Président du directoire d’Erasmus Gestion

Articles similaires

image point bourse
19 avril 2021

Focus sur l’inflation

image point bourse
31 mars 2021

Bonnes surprises